Les préjugés des Grecs sur les autres peuples

Comme tous peuples, on a des préjugés sur les autres et voici une petite carte de ces préjugés :

L'Europe vue par les Grecs.

Note : Pour afficher la carte en grand, cliquez dessus.

Si la façon dont on voit les autres peuples correspond parfois à une certaine réalité (toute relative) historique, religieuse ou territoriale, quelques fois cette (bonne ou mauvaise) image est due uniquement à une minorité de personnes issues de ces peuples.

D'autres fois, les préjugés ne correspondent pas à la réalité du tout, mais c'est juste des on-dits dont on ne se rappelle même plus les raisons et qui se transmettent de générations en générations (comme la réputation des Grecs en France, quoi).

En règle générale, les Peuples Orthodoxes sont plutôt appréciés en Grèce (même Religion) et particulièrement les Serbes, les Russes, les Coptes et les Ethiopiens de confession Orthodoxe.
Pareil, les Peuples qui ont eu des problèmes avec l'Empire Ottoman et/ou avec la Turquie, comme par exemple les Arméniens, les Assyriens, les Chaldéens ou encore les Kurdes, sont vus de manière positive en Grèce ("l'ennemi de mon ennemi est mon ami").

A l'inverse, et comme dans tous les pays, d'autres communautés sont vues sous un jour moins positif, voire même franchement négatif.

Par exemple, il y a régulièrement des problèmes avec les touristes Anglais qui ne sont pas toujours très corrects, notamment envers les femmes quand ils sont alcoolisés.
Et le refus de l'Angleterre de restituer le marbre du Parthénon agace.
De même, les personnes issues du Moyen Orient, du Caucase (ex: Géorgie) et d'Afrique ont acquis ces dernières années une mauvaise réputation en Grèce car des clandestins issues de ces régions du monde ont causé par mal de soucis dans le centre d'Athènes et dans des villes portuaires comme Patras ou Corinthe.

Quant-aux Albanais, les crimes et délits commis par certains membres de cette communauté en Grèce, couplés à la façon dont l'Albanie traite la minorité Grècque en Epirus du Nord, sans oublier leur collaboration avec les Nazis et surtout avec le régime de Mussolini dans les années 1940s, font qu'ils ont plutôt une mauvaise réputation en Grèce, sans oublier le problème classique de la concurrence liée à l'emploi.
La mafia albanaise, qui s'est infiltrée en Grèce dans les années 1990 suite à l'ouverture des frontières par la droite grècque (pour faire plaisir au patronat...), a aussi beaucoup nuit à l'image des Albanais.
Cela dit, bon nombre des Albanais qui ont élu domicile en Grèce se sont tout de même bien adaptés : Plus de 150 000 d'entre eux se sont convertis au Christianisme Grec-Orthodoxe et beaucoup d'entre eux donnent des prénoms Grecs à leurs enfants.

Sinon, quelques explications sur les termes utilisés sur cette carte des préjugés :

Pour la France, le terme "surfaits" fait référence au fait que beaucoup de Français pensent que la culture françaises et les valeurs françaises (comme par exemple la version française de la laïcité et des droits de l'homme) sont supérieures à celles des autres peuples, voire même qu'elles sont "universelles" (cette blague...), alors qu'en fait, la culture française et les valeurs françaises sont jugés corrects, sans plus, et en aucun cas elles ne sont universelles (Il suffit juste de les comparer avec les valeurs grècques, qui pour certaines sont complètement opposées aux valeurs françaises, pour comprendre que les valeurs françaises sont juste des valeurs locales faites sur mesure par et pour la population autochtones de France).
Par contre, le Peuple Français est généralement plutôt apprécié en Grèce, car après tout une bonne partie du sud-est de la France est composée de colonies Grècques et les touristes français ont un comportement globalement satisfaisant quand ils visitent la Grèce (contrairement aux Anglais et autres touristes fortement alcoolisés et/ou qui ne respectent rien).
Pour les immigrés Français par contre c'est plus mitigé vu que certains essaient d'imposer leur style de vie Français (Typique des gens "surfaits" qui pensent que leur culture vaut mieux que celle des autres) et cela ne passe évidemment pas aux yeux de la population locale - quelle qu'elle soit - quand on habite dans un pays étranger.

Pour l'Allemagne, les termes "envahisseurs" et "voleurs" font référence à l'invasion de la Grèce lors de la 2ème guerre mondiale et au vol des réserves d'or de la Grèce par les allemands... et depuis ce jour, l'Allemagne n'a toujours pas remboursé sa dette.
Ce pays est particulièrement détesté en Grèce, surtout depuis la crise économique de 2008, mais aussi car l'Etat allemand est un allié traditionnel de la Turquie. 

Pour la Suède, le terme "blondes envahisseuses périodiques" veut dire que les Suédoises envahissent la Grèce lors des vacances et qu'elles ne viennnent pas que pour le soleil...

Pour les Turcs, ils sont souvent qualifiés de "Mongoles" en Grèce et cette appellation qui se veut insultante sous-entend qu'ils sont des colonisateurs venues d'Asie centrale et qu'ils ont vocation à retourner d'où ils viennent : en Mongolie.
Mais depuis quelques années, si les tensions restent grandes entre la Grèce et la Turquie (contexte géopolitique et historique compliqué), il y a quand même une baisse des tensions notables entre les citoyens Grecs et les citoyens Turcs (et ces derniers sont désormais plutôt bien reçus en Grèce).
Par contre, le chambrage et les provocations entre les deux Peuples persiste (faut pas attendre de miracles, non plus ;), notamment sur la partie anglophone des réseaux sociaux.

Pour les Italiens, "Une Faccia Una Razza" signifie "La même face, la même race" (entre eux et nous, ça veut dire qu'on est pareils) et ça s'adresse plutôt aux Italiens du Sud qu'à ceux du nord (D'ailleurs les Italiens du sud ont le même problème que les Grecs avec les unions : L'Italie du sud était la partie la plus riche et la plus puissante de l'Italie avant la réunification et maintenant c'est la partie la plus pauvre et la plus mafieuse).

Pour les faux "Macédoniens" : Ce terme désigne les citoyens de FYROM, l'acronyme utilisé pour désigner l'Etat de "Macédoine du Nord" (le nouveau nom de ce pays).
Il signifie "Former Yougoslav Republic of Macedonia", Soit Ancienne République Yougoslave de Macédoine, et il indique que si la Région où est établie FYROM fait bien partie de la région de Macédoine, les citoyens de ce pays sont en réalité des Slaves (probablement d'origine Bulgare) qui n'ont rien à voir avec Alexandre le Grand et les Macédoniens.
Le faux Etat Macédonien est d'ailleurs aussi connu sous le nom de Vardaska ou de Skoje (en référence à sa capitale), mais en Grèce le terme le plus utilisé est FYROM.
Le problème ici est que FYROM tente de s'approprier l'Histoire de la Grèce ET AUSSI des territoires faisant partie du territoire grècque.
Si la population slave de FYROM obtenait la reconnaissance de leur statut de "Macédoniens" à part entière, alors les Fyromen/Skopiens auraient toute légitimité à réclamer à la Grèce les deux tiers de la région de Macédoine qui font partie du territoire grec et où a été bâtie la ville de Thessalonique, la deuxième plus importante ville de Grèce.
C'est un sujet plutôt sensible en Grèce.

Pour le terme "prostituées" apposées aux ressortissantes Africaines, ce préjugé est assez récent.
En fait depuis 2004 et les jeux Olympiques d'Athènes, de nombreuses Africaines ont été trafiquées en Grèce par des réseaux criminels africains, notamment nigérians, qui les forcent à se prostituer. C'est pour ça que les Africaines en Grèce ont cette réputation (et c'est la raison pour laquelle certains habitants dévisagent les femmes noires qui visitent le pays hors des grandes zones touristiques).
La Grèce ayant eu peu de rapports avec l'Afrique Noire par le passé, ces réseaux esclavagistes africains ont, en quelques années, fait beaucoup de mal à l'image des Africains, des Africaines et des Noirs en général.
Le phénomène a pris tellement d'ampleur ces dernières années que des documentaires ont même été réalisées par les médias grècques pour aborder ce phénomène qui est, malheureusement, devenu assez important en Grèce :

Documentaire de la chaîne TV Grècque Mega sur les Prostituées Africaines à Athènes.

Pour le terme "pêcheurs" associés aux Marocains et aux Egyptiens, c'est parce qu'il y a eu beaucoup de contrats passés avec le Maroc et l'Egypte et donc pas mal de nos pêcheurs sont Marocains et Egyptiens.

Pour le terme "voleurs" associés aux Maghrébins, c'est assez récent, localisé (à Athènes et plus particulièrement à Omonia et aussi dans des villes portuaires comme Patras ou Corinthe) et c'est dû au comportement des clandestins issus de ces pays (Jusqu'à récemment, les ressortissants du Maghreb avaient plutôt une bonne réputation vu que seuls ceux qui avaient un contrat de travail, comme les pêcheurs cités plus haut, venaient en Grèce et ils se conduisaient honorablement).
Les clandestins maghrébins et autres harragas sont considérés comme responsables de nombreux vols à l'arraché (sur les personnes âgées notamment) et de cambriolages.

Caméra de surveillance d'un magasin à Athènes qui avait mis une pancarte interdisant l'entrée de son magasin aux voleurs. Le Souk El Haramia (Un marché clandestin créé par des Harragas à Athènes). Souk El Haramia, Athènes, Grèce (Autre vidéo).

Le terme "Musulman" est associé aux termes "Turc" et "Ottoman" c'est donc assez mal vu d'être un Musulman en Grèce et c'est même utilisé comme une insulte lorsqu'il y a des disputes avec les autres Peuples des Balkans (genre ils sont à peine civilisés et surtout ils ne sont pas légitimes dans la région des Balkans).
Par contre si la personne est un Arabe du Golfe : Là, le fait d'être Musulman passe beaucoup mieux à cause de l'amitié traditionnelle entre Grecs et Arabes d'Orient, mais malgré tout, ce n'est pas bien vu de trop afficher cette Religion en Grèce en dehors des zones touristiques, sauf dans la province de Thrace Occidentale, majoritairement peuplée d'autochtones Musulmans.

Et de ce côté-là, les Pakistanais, qui sont assez démonstratifs et qui organisent des défilés de type militaire avec drapeaux (verts) dans un pays qui n'est pas le leur, ne sont vraiment pas populaires en Grèce (mais alors, vraiment pas...).
Surtout, ils sont considérés comme étant l'une des communautés parmi les plus criminogènes de Grèce et sont particulèrement impliqués dans les agressions sexuelles et viols visant les femmes, les hommes et les enfants de toutes origines et Religions (Libanais, Syriens, Roms, Bulgares, Musulmans, Chrétiens, etc,... ils s'en prennent à tout le monde...).
Ils sont également très impliqués dans le trafic d'êtres humains et les kidnappings avec demande de rançons, qui sont des actes que les gens normaux, qu'elle que soit leur origine/Religion, ne commettent généralement pas .
Bref, il y a un gros problème en Grèce avec les ressortissants du Pakistan et on peut soupçonner que ce pays laisse ses criminels partir à l'étranger (Déjà, vu la nature des actes commis et ensuite car les migrants Pakistanais commettent des actes similaires en Turquie, pays allié du Pakistan).

Ces actes à répétitions ont d'ailleurs poussé les autorités turques a augmenté les expulsions de clandestins Pakistanais et à cesser de donner des permis de résidence aux ressortissants Pakistanais qui sont en situation légale, "car les Pakistanais auraient une responsabilité dans l'augmentation du taux de crimes en Turquie".

Même la Turquie a été contraint de durcir sa politique migratoire vis à vis des ressortissants Pakistanais, malgré le fait que le Pakistan est un de ses principaux alliés.

Le fil de tweets ci-dessus relate quelques uns des nombreux crimes sexuels commis en Grèce par des membres de la communauté Pakistanaise envers les autres communautés.
Alors, toutes les communautés ont des criminels de ce genre en leur sein (c'est malheureusement inévitable), mais ce qui est anormal dans cette situation, c'est le nombre très importants de crimes sexuels commis par les Pakistanais alors qu'ils sont juste une petite minorité en Grèce.
Surtout que les expatriés Pakistanais ont une mauvaise réputation (et pour les mêmes raisons...) dans d'autres pays que la Grèce, comme par exemple l'Angleterre ou encore l'Inde.

Les Pakistanais sont réputés très criminogènes en Grèce. Des Pakistanais défilent en colonne 2 par 2 avec des drapeaux à Crète (En 2021).

Quant-aux Musulmans Chiites, ça ne plaît pas beaucoup à la population locale grècque de les voir se flageller en public avec des couteaux lors de chaque Ashura.
Hors, depuis au moins 2011, c'est devenu en quelque sorte une nouvelle tradition "Grècque" (Surtout au Pirée).
Et oui, quand les gens viennent en masse dans un pays, ils ammènent leur culture, traditions et pratiques avec eux (Et si certaines peuvent être un plus, d'autres le sont moins...).

Des Musulmans Chiites se flagellent lors de la cérémonie de l'Ashura au Pirée, Grèce, en 2018.