Les préjugés sur les Grecs

Voilà quelques préjugés assez répandus sur les Grecs ainsi que les raisons de ces préjugés :

Pourquoi les Grecs ne "travaillent pas ?"

Actuellement, le travailleur Grec moyen travaille plus dur qu'un travailleur Français, que ce soit pour le nombre d'heures travaillées (Il n'y a pas les 35 heures en Grèce), mais aussi en ce qui concerne la pénibilité du travail : Les gouvernements successifs n'ayant pas modernisé le pays, le travailleur Grec ne dispose pas de tout l'équipement moderne dont disposent les pays du nord comme la France et surtout l'Allemagne et qui lui simplifierait le travail tout en augmentant la productivité.

Quand on travaille "à la main" ou avec une machine, la pénibilité n'est pas la même et la productivité non plus.

Pour donner un exemple sur l'avantage qu'un tel équipement de pointe procure, en matière d'heures travaillées et de productivité, voici un petit exemple qui concerne l'agriculture :

Si deux paysans doivent chacun faucher un champ de même taille, mais que le paysan 1 a une moissonneuse batteuse et le paysan 2 une simple faux pour réaliser ce travail, bien évidemment que le paysan 1 aura fini de faucher son champ avant le paysan 2. Mais pour autant, celui des deux paysans qui aura travaillé le plus durement et le plus longuement est le paysan 2, pas le paysan 1.

De plus, la Grèce étant un pays composé à 80% de montagnes, même quand on a l'équipement, on ne peut pas l'utiliser partout et aussi la production agricole n'est pas la même en montagne qu'en plaine. Pareil pour le climat, des pays comme l'Allemagne ou la France on un avantage certain pour ce qui concerne des domaines comme l'agriculture (ce qui n'empêche pas la Grèce d'être le premier producteur d'huile olive et d'agrûmes au monde).

Cela dit, ce préjugé "du Grec qui ne travaille pas" n'est pas tout à fait faux pour ce qui est des 5-10% de travailleurs privilégiés qui disposent de toutes sortes d'avantages indus, dont celui de partir en retraite en avance.
Le problème, c'est la malhonnêteté des médias nord-européens qui a consisté à faire passer cette minorité de travailleurs privilégiés pour la norme. 
Bref, c'est comme si on faisait passer les catégories privilégiés en France (Comme par exemple les Cheminots de la SNCF qui partaient en retraite à 55 ans) pour la norme et que des médias étrangers faisaient une campagne de presse calomnieuse contre la France en disant : "Mais les Français ils ne foutent rient, ils ne travaillent que 35 heures par semaines, ils sont tout le temps en vacances et en plus ils partent en retraite à 55 ans". 

Bien évidemment, les travailleurs du privé (comme par exemple ceux qui ont monté leur petite entreprise personnelle) et qui ne comptent pas leurs heures ont très mal pris cette propagande ....

Maintenant, l'autre soucis en Grèce qui touchent les fonctionnaires, c'est qu'une grande partie des "petits-chefs" de l'administration sont assez souvent incompétents car ils ont obtenus ces postes, non grâce à leur qualités, mais à cause de leur relations. Donc quand il faut prendre une décision, ils sont "aux fraises" et à cause de ça l'administration de l'Etat est défaillante.

Et enfin, un autre problème qui ralentit la productivité en Grèce, c'est la bureaucracie qui est encore pire qu'en France (Il faut quasimment un "papier" pour tout).

La durée de travail hebdomadaire moyenne en Grèce était de 42 heures en 2013 (Source OECD, Statistiques Forbes).

Le graphique ci-contre publié par la célèbre agence Forbes en 2013 et qui s'appuie sur les chiffres de l'OECD montre que (et c'est le titre du graphique) "Les Grecs sont ceux qui travaillent le plus grand nombre d'heures en Europe". En effet, les gens qui ont travaillé en Grèce en 2013 ont travaillé en moyenne 42 heures par semaines.

Pourquoi les Grecs ont la réputation d'être homos.

Ce préjugé, très répandu en France, est assez éloigné de la réalité, en tout cas en ce qui concerne la Grèce modèrne qui est un Etat Religieux où la population est plutôt assez conservatrice sur les moeurs.
Pour donner un exemple sur l'importance du poids des traditions, en Grèce seulement 6% des enfants naissent en dehors des mariages. En comparaison, en France, c'est 53% ... Pareil, en Grèce, les parades des LGBTs sont peu tolérées par les autorités et surtout par les citoyens. Par contre, tant que les homos restent discrets et ne s'affichent pas, ils n'ont pas de soucis particuliers (même si ce n'est pas bien vu, comme dans la plupart des pays).

Quant-à cette réputation que l'on se trimballe en France et dans certains pays, elle est due, en partie, au fait que les armées Grècques avaient tendance à violer les soldats ennemis vaincus (Mais pas qu'eux bien sûr, les femmes des perdants y passaient aussi). Ce comportement bestial était une technique de guerre qui visait à enlever aux vaincus toute volonté de se battre et de se rebeller, donc les peuples qui nous considèrent comme des pédés ce sont bien souvent les peuples dont les ancêtres se sont fait encu... heu ... soumettre par les armées Grècques (l'association de cette pratique et de la soumission vient en partie de là).

Et justement, en parlant de conflits et d'invasions, le sud-est de la France a été conquis par les Grecs Antiques et notamment par les Phocéens, des Grecs issus de la ville de Phocée, située dans l'ouest de l'actuelle Turquie. Les villes de Marseille et de Nice notamment sont des villes Grècques, mais Agde, Antibes, Toulon ou Aléria (en Corse) ont aussi été créées par les Grecs de l'Antiquité... D'ailleurs, ces Grecs qui ont débarqué dans le sud de la France, ils ne sont jamais repartis et ont fini par s'intégrer à la population locale et aujourd'hui leurs descendants sont des Français comme les autres.

Une autre raison à laquelle on doit cette réputation malheureuse, c'est qu'à un moment de son Histoire, comme tous les Peuples, le Peuple Grec a décliné. Et quand un Peuple décline, souvent il commence à tolérer un peu tout et n'importe quoi en public avant de s'écrouler.
Note : Il y a une grosse différence entre tolérer que les gens se conduisent comme ils veulent en privé et laisser les gens se conduire ouvertement et n'importe comment en public.
La Civilisation Romaine est passée par là aussi, d'ailleurs son déclin, qui passe aussi, entre autres, par l'acceptation ouverte de comportements hors normes (orgies, ect...) est très documenté et a popularisé le terme de "décadence" (Ruine, effondrement...).
Enfin, l'exemple le plus récent est celui de l'Empire Ottoman (Empire Musulman) qui, après avoir brillé pendant des siècles s'est mis à tolérer un peu tout et n'importe quoi au 19ème siècle. Notamment en légalisant et en tolérant ouvertement (c'est-à-dire au niveau de l'Etat) l'homosexualité par une loi de 1858 (Réformes de Tanzimat).
Eh bien, en 1923, l'Empire Ottoman s'est effondré...
PS: La Grèce s'est cassée de cet Empire lors de la guerre de 1821-1829, donc cette réforme est due aux Musulmans, pas à nous ;).
En espérant que certains pays Européens, qui se mettent actuellement à tolérer ce genre de choses au niveau de l'Etat, ne finissent pas comme les Grecs Antiques, les Romains et les Ottomans...

Est-ce que c'est vrai que les Grecs ils partent de chez leurs parents vers 30 ans

Ce préjugé est plutôt vrai. En Grèce, la famille c'est très important et les jeunes quittent définitivement le domicile familial plus tard qu'en Europe du Nord.
C'est la même chose dans d'autres pays Méditerrannée comme l'Italie ou l'Espagne.
En Grèce, quand un jeune part définitivement du domicile familial, c'est généralement pour se marier et fonder sa famille (On ne part pas pour partir, mais pour fonder son propre foyer).

Bien évidemment, avant ce départ définitif, le jeune en question a déjà quitté le domicile familial à plusieurs reprises et notamment au moins une fois pour le service militaire, mais aussi afin de faire ses études et pour travailler. Et en ce qui concerne les parents, généralement c'est la mère qui prend soin de ses fils et c'est le père qui prend soin de ses filles. Il n'est d'ailleurs par rare qu'un père s'occupe financièrement de ses filles jusqu'à ce qu'elles se marient.