La Grèce "moderne"

Qu'est-ce qu'un Grec moderne

Le terme "Grec moderne" est un terme utilisé pour désigner les citoyens du nouvel Etat Grec créé après la guerre de libération de 1821-1829 qui a vu la Grèce se détacher de l'Empire Ottoman.

Le Peuple Grec "moderne" peut être décrit comme étant majoritairement un Peuple Méditerranéen, de Religion Orthodoxe, de Culture et de langue Grècque et dont la majorité de la population descent des Mycéniens et des Minoens.
Au 21ème siècle, les quelques Citoyens Grecs qui ne sont pas d'origine helléniques sont principalement issus des communautés Turques, Slaves, Roumaines, Bulgares, Roms, Levantines, Ukrainiennes, Italiennes et Albanaises.

Dans la Grèce moderne, la Religion Orthodoxe est omniprésente et fait tellement partie de la culture qu'on n'y fait pas plus attention que ça : C'est quelque chose de totalement normal, comme l'est la laïcité dans la France d'aujourd'hui.

Et afin d'illustrer à quel point le fait religieux est important en Grèce, il faut noter que jusqu'au début des années 2000, la Religion était inscrite sur la carte d'identité.
Et si la mention de la Religion a été supprimée des cartes d'identité, cela a été fait contre la volonté de la majorité de la population : Il y a eu une pétition réunissant des millions de signatures et d'importantes manifestations réunissant plusieurs centaines de milliers de manifestants ont eu lieu contre cette décision prise par le gouvernement grec de l'époque, sous la pression de l'Union Européenne, avec le but affiché (et insultant) de "rendre les Grecs plus Européens" et car cela constituait (aux yeux de l'UE) une discrimination envers les Catholiques, Musulmans et Juifs.

Au niveau religieux, la répartitition des citoyens* Grecs est la suivante : 94% de Chrétiens Orthodoxes, 3% de Musulmans, 2% de Païens Grecs et 1% sont issus d'autres Religions comme les Catholiques ou encore les Juifs.
A noter que la seule minorité religieuse reconnue par la Grèce est la communauté Musulmane Sunnite.

* Les clandestins et les immigrés légaux ne sont pas pris en compte dans cette répartition religieuse et ethnique, seulement les personnes qui ont la citoyenneté Grècque.

La différence entre "Grec" et "Grec-Orthodoxe"

Encore aujourd'hui, une bonne partie des Citoyens Grecs considèrent que la Religion Grècque Orthodoxe est une composante essentielle de l'identité nationale Grècque.
A titre d'exemple, une étude réalisée en 2018 par le Pew Research Center a ainsi montré que 76% des Citoyens Grecs estimaient que leur identité était d'abord définie par le Christianisme.
La raison est avant tout historique : Si les révolutionnaires Grecs de 1821 étaient majoritairement des Héllènes, c'est-à-dire des descendants des Anciens Grecs (au niveau ethnique), certains des Révolutionnaires avaient d'autres origines (Par exemple, les Arvanites).
Mais malgré leurs différentes origines ethniques, ils étaient tous des Grecs Orthodoxes : Dans le sens où, ils étaient tous des fidèles de l'Eglise Grècque Orthodoxe.

Cette identité religieuse a même été inscrite dans la Constitution de 1827, élaborée suite à l'indépendance.
L'adage "Est Grec celui qui est Baptisé" (dans le sens : Est Grec celui qui est un membre de l'Eglise Grècque Orthodoxe) était alors communément admis.
La raison est la suivante : à cette époque, les Révolutionnaires ont décidé de baser l'identité grècque moderne sur la Religion Grècque Orthodoxe, par opposition aux Ottomans qui étaient Musulmans.

D'ailleurs, même au 21ème siècle, la plupart des Grecs (au niveau ethnique) qui ne sont pas des fidèles de l'Eglise Grècque Orthodoxe ne possèdent pas la nationalité Grècque.
Ils n'ont donc pas ou peu de liens avec l'Etat Grec.
C'est par exemple le cas des Crétois Sunnites d'al Hamidiya, près de Tartous, qui ont attérit en Syrie en 1897 après avoir fuit la Crète, de peur que les Crétois Chrétiens ne les prennent pour cibles, suite au retrait de l'armée ottomane de l'île.

L'héritage de la Révolution de 1821 et du traité de Lausanne de 1923

Surtout, 100 ans après la Révolution Grècque de 1821, le traité de Lausanne a été signé.
Ce traité déterminait (entre autres) les frontières de la Grèce et de la Turquie, mais il édictait aussi les règles d'un immense échange de populations basé uniquement sur la Religion :
Les fidèles de l'Eglise Grècque Orthodoxe de différentes origines (y compris Turco-Mongoles) ont été expulsés en Grèce et les Musulmans de Grèce (y compris ceux qui étaient des descendants des Grecs Antiques) ont été expulsés en Turquie.
Lors de cet échange de populations où environ 1,5 millions de Grecs-Orthodoxes ont été expulsés en Grèce et où environ 800 000 "Turcs" ont été expulsés en Anatolie (l'actuelle Turquie), c'est la Religion uniquement qui a déterminé qui était Grec ou Turc.
Les seules exceptions à cet échange de populations gigantesque ont été les Musulmans de la Thrace Occidentale (Région située à l'est de la Grèce) et les Grecs-Orthodoxes de Constantinople (qui ont, pour la plupart été chassés par les extrémistes Turcs lors du tristement célèbre Pogrom d'istanbul de 1955).

Ces événements ont logiquement impacté la manière dont le Peuple Grec perçoit son identité.
Cela explique en partie "l'intolérance" religieuse de la Grèce : Car s'il faut laisser les autres groupes religieux revenir en Grèce,
alors à quoi bon avoir fait la Révolution (religieuse) de 1821 ?
Et pourquoi avec expulsé la majorité des Grecs (ethniques) de confession Musulmane en 1923 ?
Tout ça, tous ces sacrifices, tout ce sang, pour au final... revenir en arrière et supprimer les fondations sur lequel l'identité grècque moderne a été bâtie ?
Ce serait dangereux pour la paix sociale dans le pays, car l'appartenance à l'Eglise Orthodoxe et la langue grècque, c'est principalement ce qui lie les Citoyens entre eux, qui fait qu'on ne fait qu'une Communauté, qu'un seul Peuple.
D'ailleurs, la Religion en Grèce a souvent été utilisée aussi comme outil d'intégration pour les réfugiés en provenance du Moyen Orient (Coptes, Chaldéens, Assyriens, Arméniens,...) ou de pays Africains comme l'Ethiopie, car avant que l'UE et des groupes étrangers non élus et aux financements douteux (ex: les ONGs) n'aient la prétention de se mêler des affaires intérieures de la Grèce et de dicter au gouvernement grec élu par le Peuple ce qu'il peut faire ou pas dans son propre pays, la Grèce n'accueillait que des réfugiés de confession Orthodoxe, à quelques exceptions près.

La culture grècque moderne est incompatible avec la laïcité

De la même manière, la laïcité est totalement incompatible avec la culture grècque moderne et l'identité grècque et ce serait aussi une trahison de la Révolution de 1821 : Car la Grèce moderne a été créée par les fidèles de l'Eglise Grècque Orthodoxe qui ne souhaitaient plus vivre ensemble avec les Musulmans et les autres communautés religieuses de l'Empire Ottoman.
Imposer la laïcité dans un pays créé par une communauté religieuse qui souhaitait avoir son propre Etat pour pratiquer sa Religion en paix, ça n'est évidemment, pas très bien vu par la population...
De plus, il y a le risque que la séparation de l'Eglise et de l'Etat pourrait conduise une situation où l'Islam deviendrait la seule Religion d'Etat du pays.
Dans un pays majoritairement Chrétiens et qui a subit 400 ans d'occupation Ottomane...
La raison à cela, c'est qu'il est quasimment impossible de séparer l'Islam (la Religion de la minorité Musulmane qui habite la Thrace Occidentale) de l'Etat Grec et d'enlever la Charia de la Constitution sans auparavant renégocier le traité de Lausanne... et pour cela il faudrait obtenir l'accord de plusieurs autres pays Européens, de la Russie et aussi de la Turquie, qui remet de plus en plus en cause l'attribution de plusieurs îles à la Grèce prévues... par ce même traité : Autant dire que ça risque d'être très compliqué.

Beaucoup de Nord Européens qui souhaitent imposer leur culture et leurs valeurs aux Peuples d'Europe du Sud et de l'Est et les "idéologues" locaux formatés par ces pays et aveuglés par eux sont des gens dangereux car, bien souvent ils passent outre l'Histoire des Peuples et le contexte géopolitique de ces pays, ce qui est susceptible de créer des situations dangereuses ou d'aggraver celles existantes.

Comment obtient-on la Nationalité Grècque

Traditionnellement, la Grèce applique le droit du sang partiel et le Patriarcat comme dans beaucoup de pays Méditerranéens : Il faut donc généralement avoir un père Grec pour avoir la Nationalité Héllènique. Il est ainsi assez compliqué pour une femme Grècque de faire reconnaître ses enfants comme Grecs s'ils ont un père étranger.
D'ailleurs, même les enfants d'un père qui est citoyen Grec peuvent avoir des difficultés à obtenir la Nationalité Grècque s'ils sont nés à l'étranger (mais dans ce cas, il y a souvent moyen de s'arranger).
Aussi, les derniers gouvernements en place ont permis à des ressortissants étrangers très riches de devenir résident en Grèce et d'obtenir éventuellement la nationalité grècque à condition qu'ils fassent des investissements importants en Grèce : C'est le méchanisme des visas dorés.
Il y a aussi l'octroie de la nationalité grècque pour service rendu et depuis peu, les enfants de ressortissants étrangers vivant légalement en Grèce peuvent l'obtenir (mais il faut passer un test).
Ces dernières années, la législation a beaucoup évolué.
Les pressions étrangères (et notamment de celles de l'UE) y sont pour beaucoup.

Le drapeau de la Grèce

Le drapeau Grec est bleu et on trouve dessus une Croix qui représente l'Eglise Orthodoxe (qui a joué un rôle déterminant lors de la guerre de libération de 1821-1825 contre les Ottomans) et 9 bandes (5 bandes bleues et 4 bandes blanches). Ces bandes correspondent au nombre de syllabes de la phrase Elefteria i Thanatos (la liberté ou la mort) qui était le cri de ralliemment des résistants Grecs lors de la bataille finale contre les colonisateurs Ottomans.

La couleur bleue du drapeau correspond à la couleur de la mer et la couleur blanche aux vagues (La mer est extrêmement importante pour le pays, d'ailleurs la Grèce a la première flotte commerciale au monde).

Le système judiciaire grec

Tout comme le système politique (En Grèce, c'est un régime parlementaire), le système judiciaire grec est assez différent du système judiciaire français et peut parfois donner lieu à des peines plutôt impressionnantes :
Quelques informations sur la justice et le système pénal en Grèce.

Articles sur l'identité grècque

Le conflit lié à l'évolution de la carte d'identité en Grèce : Etude de cas (en anglais) portant sur le lien entre la Religion et l'identité Nationale face aux défis de l'intégration européenne et du pluralisme.

Religion et politique en Grèce, article en français de l'Observatoire Pharos.

Article sur la protection constitutionnel des minorités religieuses en Grèce (en anglais).